BOB MORANE, Renaissance, T1 : Les Terres rares, de Brunschwig, Ducoudray et Armand, aux éditions Le Lombard, 13,99 € : Bulle d’Argent

bob-morane-renaissance-couv…BOB MORANE, Renaissance, T1 : Les Terres rares, de Brunschwig, Ducoudray et Armand, aux éditions Le Lombard, 13,99 € : Bulle d’Argent

Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray et Dimitri Armand dépoussièrent Bob Morane avec un reboot surprenant. On retrouve les personnages emblématiques de la série au sein d’une intrigue moderne faite de politique, de terrorisme et de haute technologie. Loin de l’image habituelle qu’on a de Bob Morane, c’est un aventurier en construction que nous propose ce tome d’introduction.

Palais de Justice de Paris. Le Lieutenant Robert Morane comparait devant le Tribunal de Grande Instance pour des faits survenus le 9 mai 2012 au Nigéria. Il était alors en mission avec 5 autres soldats à Ibadan afin d’éviter les affrontements entre les Haoussas de confession musulmane et les Yoroubas d’obédience chrétienne. Il répondait aux questions de la journaliste Sophia Zuko lorsqu’un enfant est venu demander de l’aide. Sa famille est menacée par des Haoussas armés de machettes. Alors que les supérieurs de Robert Morane lui ordonnent de ne pas intervenir, le lieutenant, accompagné du sergent William Balantine, sauve la famille du petit garçon in extremis…
Le sort du lieutenant ne fait pas de doute lorsque, en pleine séance, un messager délivre une missive au juge. Un des hommes sauvés par Robert Morane, Kanem Oussman, demande en tant que nouveau président du Nigéria que le Lieutenant soit acquitté. Évincé de l’armée mais libre, Bob Morane part alors en Écosse, rendre visite à Bill Ballantine qui n’a pas eu droit au même traitement de faveur. Pas rancunier, le sergent accepte son emprisonnement. Peu de temps après, Bob Morane est approché par un collaborateur de Kanem Oussman qui lui propose de devenir le conseiller du nouveau président.

Des romans originels d’Henri Vernes, aux différentes adaptations BD, en passant par les dessins animés et autres films, Bob Morane a connu bien des aventures. Après 60 années de bons et loyaux services, le héros a droit à une seconde jeunesse avec Bob Morane, Renaissance. Ce reboot se propose de reprendre les ingrédients fondamentaux de la série pour les placer dans un contexte contemporain (voire légèrement futuriste). On retrouve donc Bob Morane, bien sûr, mais aussi Bill Ballantine, Miss Ylang-Ylang, Sophia Zukor ou l’Ombre Jaune (et certainement d’autres dans les prochains épisodes) ainsi que les liens qui les unissent. En revanche, finies  les adaptations des romans et place à des aventures inédites et neuves. Ce premier tome se présente ainsi comme un préquel, avec un Bob Morane tourmenté, un aventurier en devenir qui n’est pas encore l’homme sûr de lui que l’on connaît. Un parti pris « psychologique » qui pourra déplaire aux fans de longue date mais qui insuffle de la fraîcheur à une série qui tombait peu à peu dans l’oubli.
Bob Morane entre donc de plain-pied dans le XXIe siècle avec une intrigue qui fait la part-belle à la géopolitique, ainsi qu’à des technologies d’anticipation aussi intéressantes qu’inquiétantes. Ce tome d’introduction fait se succéder les scènes d’actions et les séquences plus introspectives ou descriptives dans un rythme appréciable. On peut certes relever une fin un peu poussive, un récit un peu trop policé ou une situation géopolitique peu plausible mais, dans l’ensemble, la lecture est prenante et agréable.
On retrouve avec plaisir le trait réaliste très maîtrisé de Dimitri Armand qu’on a récemment vu dans le très bon Sykes. On le sent à l’aise dans les scènes d’actions comme lors des séquences de dialogues qui bénéficient toutes d’un sens de la mise en scène très cinématographique. Le dessinateur prend également des libertés par rapport à ses prédécesseurs avec des personnages remis au goût du jour et un peu différents de ce qu’on a eu l’habitude de voir. Là aussi, la réinterprétation de l’œuvre originelle a du bon et offre des planches belles et modernes.

Reboot réussi pour Bob Morane qui propose une aventure fraîche et réactualise librement les codes de la série et les dépoussière… n’en déplaise à Henri Vernes ! Avec sa narration millimétrée, son récit prenant, ses très jolies planches et sa réinterprétation rafraîchissante de l’univers originel de la série, Bob Morane, Renaissance a ce qu’il faut pour séduire un nouveau public tout en contentant les fans des premières aventures de l’aventurier (mis à part les plus pointilleux et conservateurs d’entre-eux).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *