LES BEAUX ETES, T1 : Cap au Sud, de Zidrou et Lafebre, aux éditions Dargaud, 13,99 € : Bulle d’Or

beaux-etes-t1-couv…LES BEAUX ETES, T1 : Cap au Sud, de Zidrou et Lafebre, aux éditions Dargaud, 13,99 € : Bulle d’Or

Après le pari risqué de L’Indivision et l’excellent conte cruel qu’est Bouffon, Zidrou signe son troisième ouvrage de cette rentrée 2015, avec Les Beaux étés. Cette fois-ci pas de tourments mais un départ en vacances d’une famille attendrissante sur un ton simple et rafraîchissant.

Août 1973, Belgique. Mado et Pierre Faldérault devraient être partis en vacances avec leurs quatre enfants. Mais comme d’habitude, Pierre doit boucler quelques planches que son éditeur demande expressément. Pas facile de dégager du temps libre quand on est dessinateur de bd et forcément la vie privée en paye les frais… C’est donc avec du retard que la famille Faldérault embarque dans leur 4L déjà chargée. Après les plaisanteries habituelles, la destination est annoncée : direction le Midi !
Le long trajet pour rallier l’Ardèche s’annonce des plus mouvementés ! Un véritable esprit de famille règne au sein de cette 4L qui a vu moult rites s’installer pendant les trajets. Chaque Faldérault a un caractère bien à lui et la famille se fait inévitablement remarquer à chaque halte. Voilà qui augure du meilleur pour les vacances !

Zidrou nous retrace la route des vacances avec le ton tendre et subtil qu’on lui connait. Dans Les Beaux étés, il nous plonge sans peine dans cette famille qui n’est pas épargnée de tout tourment. Car, comme sait si bien le faire Zidrou, les bons sentiments et les moments les plus heureux sont côtoyés par des moments plus durs et des vérités moins reluisantes. Cette subtilité de ton permet au scénariste de construire un univers plausible, ou en tout cas, qui parle au lecteur.
Certes, on peut trouver l’ouvrage un peu classique, avec sa narration qui s’appuie sur l’habituel souvenir d’un couple de personnes âgées et son récit qui ne prend finalement pas énormément de risques. Mais l’important n’est pas là car cette série s’appuie sur cette famille qui nous offre un panel de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Que l’on ait connu cette époque ou, tout simplement, qu’on ait vécu des départs en vacances similaires, on s’identifie à ces personnages. On reconnait ces petites filles au caractère bien trempés, ce jeune garçon et son ami imaginaire, ce couple qui n’est pas au mieux de sa forme mais aussi ces départs en vacances bruyants et joyeux. On ressent les nombreux liens et rites qui unissent cette famille… Les Beaux étés dresse un joli portrait de famille, prenant et touchant, sans tomber dans la mièvrerie. On peut s’étonner face à certaines réactions, ne pas être d’accord… bref, ça fleure bon l’authenticité.
Le trait vif aux accents franco-belges de Jordi Lafebre sied parfaitement à l’atmosphère enjouée et nostalgique de cet album. Les personnages sont expressifs, ont des allures bien typés et on croirait les voir bouger sous nos yeux. Le dessinateur montre qu’il sait aussi installer des décors et propose de jolies planches qui rendent hommages à l’Ardèche bien qu’elles soient trop rares… D’autre part, on peut remarquer quelques proportions approximatives, notamment concernant la 4L… mais cela ne gâche toutefois pas le voyage.

En cette rentrée 2015, Zidrou et Jordi Lafebre nous proposent de repartir en vacances ! Cap au Sud entame parfaitement cette nouvelle série avec sa justesse de ton et sa galerie de personnages réussis ! Un album qui respire la vie et suscite la nostalgie et la bienveillance, du Zidrou pur jus ! Espérons que la série saura préserver la fraîcheur de ce premier opus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *