NIOURK, T1, T2 et T3, d’Olivier Vatine, aux éditions Ankama, 13,90 € par tome (sauf le tome 3 affiché à 14,90 €) : Bulle d’Or

niourk-t3-couv…NIOURK, T1, T2 et T3, d’Olivier Vatine, aux éditions Ankama, 13,90 € par tome (sauf le tome 3 affiché à 14,90 €) : Bulle d’Or

Parmi les œuvres de Stefan Wul, Olivier Vatine a choisi d’adapter NiourK, une oeuvre de science-fiction dans un contexte post-apocalyptique. Merveille de mise en scène, ce triptyque nous plonge dans un monde où l’humanité, à force de rechercher le progrès, est revenue au stade primitif. Le dernier tome paru fin septembre conclu joliment (quoique facilement) cette superbe trilogie.

Suite à des manœuvres nucléaires, les océans se sont taris et d’immenses méduses mutantes parcourent le peu de plans d’eau qui existent encore. Ce qu’il reste d’Hommes s’est rassemblé en petites tribus primitives qui n’a aucune conscience des temps anciens. La tribu de Thorz fait son possible pour s’en sortir, coincée entre superstition et instinct de survie. En marge du camp vit un petit enfant noir rejeté par le clan. Le sorcier de la tribu voyant en ce jeune homme une source de malheur, le condamne à mort… L’enfant noir n’a plus vraiment le choix et décide de partir sur les traces du sorcier en direction de la ville des Dieux où tout n’est que ruine.
Là-bas, l’enfant trouve le corps sans vie du chaman… et s’accapare de son savoir pour devenir le nouveau détenteur de la vérité. Mais la ville des Dieux regorge d’autres trésors. Face à lui, l’enfant noir voit les vestiges d’une ancienne ville portuaire qu’il croit être le royaume des Dieux. A ses yeux les hologrammes sont des divinités et les fusils lasers de formidables armes contondantes. Heureusement pour lui, un étrange individu qui circule dans son vaisseau spatial vient lui expliquer comment utiliser son fusil. Grâce à cela, le petit homme va suivre les traces de sa tribu avec un ours comme compagnon de route. Ensemble ils vont parcourir les terres arides à la recherche de Niourk. Mais la tâche n’est pas facile et les méduses géantes risquent à tout moment d’exterminer la tribu.

Un monde post-apocalyptique où l’homme a asséché la planète, des méduses géantes à l’intelligence et aux capacités extraordinaires, des hommes revenus à l’état primitif et d’autres qui semblent bénéficier de technologie avancées… NiourK a vraiment tous les éléments pour une bonne histoire de science-fiction. Revue et corrigée par Olivier Vatine, l’œuvre prend encore plus d’ampleur. En quelques cases, l’auteur plante un décor atypique tout en livrant le récit puissant d’un petit enfant noir rejeté par sa tribu. A partir de là, impossible de décrocher de NiourK. On englouti chaque page, on se prend d’affection pour le jeune noir, on découvre avec étonnement les vestiges de la civilisation et on goûte avec bonheur aux nombreux clins d’œil. L’aventure est construite de telle manière que le lecteur ne peut s’empêcher d’y aller de son hypothèse sur l’histoire.
En ajoutant à ce monde post-apocalyptique une dose de science-fiction, Stefan Wul tenait une œuvre forte que Vatine adapte à merveille. On est happé dans la bd, on trépigne pour ce petit enfant noir, on est triste lorsqu’il voit des proches disparaître et on sourit face à son espièglerie et sa naïveté. Vatine parvient donc à réactualiser l’œuvre de Wul avec brio et aborde des thèmes variés tels que la pensée de groupe, l’identité ou l’écologie avec une grande habileté. On peut juste regretter que la fin use de facilités scénaristiques assez gênantes pour les fans du genre… mais les dernières planches réservent tout de même de jolies surprises.
Outre le récit maîtrisé, NiourK brille vraiment par sa mise en scène juste extraordinaire. Le découpage est original mais jamais gratuit. Olivier Vatine utilise tous les outils offerts par le 9eme art pour donner de la puissance à sa composition : de chaque case semble se dégager un sens graphique. Le trait reconnaissable de Vatine croque des personnages attachants, identifiables et expressifs. Mais son talent est encore plus perceptible dans sa capacité à rendre des ambiances et des décors variés et somptueux. Dynamiques quand il le faut, contemplatifs quand cela est nécessaire… les dessins de Vatine montrent que le dessinateur est plein de ressources !

Niourk est sans doute une des meilleures adaptations des univers de Stefan Wul parus chez Ankama, si ce n’est une des meilleures œuvres de science-fiction tout court. Simple et accessible, l’adaptation de Vatine regorge pourtant de signification et de détails qui viennent enrichir un univers très bien planté. Et que dire du magnifique travail graphique de l’auteur qui offre de magnifiques compositions. Dommage que le troisième tome contienne quelques facilités scénaristiques qui feront inévitablement tiquer le lecteur… mais pas de quoi bouder cette œuvre fantastique. En résumé, pour les amateurs de science-fiction, de récit d’anticipation ou d’univers post-apocalyptique, Niourk est tout simplement une œuvre incontournable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *