SAUVAGE, Biographie de Marie-Angélique Le Blanc. 1712-1775, de Morvan, Bévière et Hersent aux éditions Delcourt, 24,95€ : Bulle de Bronze

sauvage_couv…SAUVAGE, Biographie de Marie-Angélique Le Blanc. 1712-1775, de Morvan, Bévière et Hersent aux éditions Delcourt, 24,95€ : Bulle de Bronze

 Inspiré d’une histoire vraie, Sauvage, nous raconte l’histoire édifiante de Marie-Angélique Le Blanc, femme originaire d’une tribu canadienne, qui après avoir passé 10 ans dans la nature française va réapprendre à vivre en société. Un album touchant à la narration rondement menée qui nous interroge sur la notion de sauvagerie.

 Septembre 1731, forêt de Saint-Martin-aux-Champs dans la Marne. Quelques cavaliers découvrent une jeune sauvage et à ses pieds, le cadavre d’une jeune noire. Apeurée, la sauvage arrache le chapelet qui entoure le cou de la dépouille et prend la poudre d’escampette. Plus tard, affamée et assoiffée, elle se rapproche du village de Songy, attirée par un troupeau de moutons. Malheureusement, un chien veille au grain… elle devra attendre encore un peu pour se mettre quelque chose sous la dent, d’autant que les villageois du coin l’ont vue et qu’ils croient qu’elle est un démon. Une femme parvient finalement à capturer la sauvageonne avec une anguille en guise d’appât. Les habitants amènent la captive dans la demeure du Vicomte, lui font prendre un bain et découvrent que sous la crasse accumulée, se cachait une peau claire.
Face à ce constat, on essaye de donner un enseignement à cette fille. Mais si la sauvage apprend et s’adapte à une vitesse impressionnante, difficile de lui faire perdre ses habitudes « primitives ». La femme a besoin de viande crue, seule victuaille qu’elle parvient à digérer. Peu à peu, la réputation de la sauvage grandit. Le vicomte l’envoie alors à l’hospice de Châlons pour qu’elle reçoive un enseignement religieux. La femme se souvient de son nom Marie-Angélique, mais elle va mettre encore beaucoup de temps à reconstituer les souvenirs de son passé…

 La vie de Marie-Angélique Le Blanc est édifiante. Certes on connait d’autres histoires du même genre, notamment celle relatée par Truffaut dans L’enfant Sauvage, mais cette Marie-Angélique reste méconnue du grand public. Partie du Canada à l’âge de huit ans pour fuir l’esclavage, elle arrive à Marseille où elle est exploitée par de viles personnes. Elle s’enfuit alors et passe 10 années dans la nature avant d’être capturée à Songy. S’ensuit une longue réadaptation à la civilisation. L’histoire de Sauvage  s’inspire de cette histoire vraie et s’appuie sur le travail de recherche mené par Serge Aroles qui a publié en 2004, Marie-Angélique (Haut-Mississippi, 1712 – Paris, 1775) : Survie et résurrection d’une enfant perdue dix années en forêt.
Bien sûr les auteurs ont romancé cette histoire et comblé les trous. En parallèle de la réadaptation de Marie-Angélique, on assiste à sa quête pour reconstruire son passé. On découvre petit à petit les morceaux épars de sa mémoire qui expliquent comment elle en est arrivée à passer 10 ans en pleine nature. La narration se fait un peu sous la forme d’un puzzle, et cela force aussi le lecteur à se concentrer pour ne pas perdre le fil de ce récit long et complexe. Mais le résultat est touchant, édifiant. Fait de contraste ; l’album nous interroge sur les notions de nature, de société, de civilisation et de sauvagerie. On voit cette femme à la fois douce et violente, qui portée par la foi, perd peu à peu sa bestialité pour rejoindre un monde aristocratique. Si l’on sait que le tout est romancé, l’histoire reste plausible d’autant qu’elle s’appuie sur des fondations historiques solides.
Le dessin de Gaelle Hersent, qui réalise ici sa première bande dessinée, sert parfaitement ce récit fait de contrastes. Il suffit de jeter un coup d’œil à la couverture pour le voir : tout est question de mélange entre violence, bestialité, culture et douceur. Son trait très dynamique parait presque sauvage quand émane de ses couleurs directes une impression de douceur. Un parti pris graphique maitrisé qui bénéficie également de cadrages efficaces.

Sauvage est un album réussi qui s’appuie sur une histoire vraie, édifiante et loin d’être banale. Le récit est finement découpé, bien que l’aspect puzzle demande une bonne dose de concentration. Ce one shot romance une réalité historique avec sobriété et nous offre ainsi une lecture prenante, humaniste et touchante qui donne à réfléchir.

Guillaume Wychowanok

2 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *