AZIMUT, T3 : Les anthropotames du Nihil, de Lupano et Andreæ, aux éditions Vents d’Ouest, 13,90 € : Bulle d’Or

azimut-t3-couv…AZIMUT, T3 : Les anthropotames du Nihil, de Lupano et Andreæ, aux éditions Vents d’Ouest, 13,90 € : Bulle d’Or

Cela faisait près de deux années que nous l’attendions, et voilà que le troisième tome d’Azimut débarque en ce début d’année 2016. La série de Lupano et Andreæ continue sur sa lancée loufoque avec un album toujours aussi beau et rythmé !

Les deux premiers tomes d’Azimut ont su nous transporter au sein d’un univers foisonnant où l’espace et le temps sont malléables. Dans ce monde qui a perdu son nord magnétique, on a pu assister au vol de crônes orchestré par la belle et plantureuse Manie Ganza en quête de jeunesse éternelle. Mais pour réaliser son rêve, Manie a dû faire un ignoble pacte avec la banque du temps… le monde d’Azimut est au bord de la guerre et les Primordiaux ne semblent pas particulièrement préoccupés par le sorta qui attend les humains.
On retrouve donc dans ce troisième tome la belle et ses compagnons de fortune perdus dans le désert. Alors que la bande croise un groupe de moines qui servent le Livre des Réponses, ils sont attaqués par l’armée de la mère de Manie Ganza, Reine de son état. Excédée par la beauté de son enfant qui ne subit pas les affres du temps, la reine compte bien supprimer sa fille de la surface du globe. Mais ce désert cache une âme secourable insoupçonnée !
De son côté, le professeur Aristide Breloquinte et son équipage touchent bientôt au but de leur expédition. Ils sont sur le point de découvrir les secrets du temps…

Avec son monde fantastique foisonnant et singulier Azimut a su s’attirer la sympathie des lecteurs. Juste retour des choses, tant cette série bénéficie de qualités indéniables : rythme effréné, aventures loufoques, bestiaire étonnant, univers inventif, personnages originaux et attachants… sans oublier les magnifiques planches en couleurs directes de Jean­-Baptiste Andréae. Lupano montre tout son talent avec un récit éclaté où une palette de personnages très variée nous fait vivre une aventure riche en surprises et en rebondissements.
Seulement à force d’ouvrir des pistes narratives le deuxième tome pouvait donner au lecteur une impression de confusion . Avec ce troisième tome, le scénariste calme nos inquiétudes et prouve qu’il sait parfaitement où il va. L’intrigue est toujours aussi riche, l’aventure toujours aussi rythmée et farfelue et les révélations se multiplient tout en entretenant une part de mystère. La curiosité du lecteur est stimulée durant tout l’album qui, une fois terminé, donne une furieuse envie de connaître la suite.
C’est avec un grand plaisir qu’on retrouve le travail d’Andreæ qui, avec ses magnifiques couleurs directes, participe grandement au cachet d’Azimut. Son style unique donne vie à un monde baroque au possible parcouru par des personnages burlesques et fourmillant de trouvailles graphiques. A l’aise dans tous les compartiments, le dessinateur a créé un univers à l’esthétique farfelue mais cohérente avec un certain génie. On remarque toutefois que le soin apporté aux détails, notamment en arrière-plan, semble un peu en retrait… mais certainement pas de quoi ternir cette magnifique composition graphique !

Andréae et Lupano sont aux commandes d’une des séries les plus réjouissantes de ces dernières années. Ce troisième tome entame les révélations tout en conservant une large part de mystère au fil d’un récit savoureux et rythmé. Certes, Azimut va dans tous les sens et peu paraître farfelu, mais c’est ce qui fait toute la saveur de cette aventure ubuesque qui touche à des sujets existentiels.

Traquemage, T1 : Le serment des Pécadous, de Lupano et Relom, aux éditions Delcourt, 14,95 € : Rien

traquemages_t1-couv…Traquemage, T1 : Le serment des Pécadous, de Lupano et Relom, aux éditions Delcourt, 14,95 € : Rien

Avec Traquemage, Wilfrid Lupano diversifie encore un peu plus sa bibliographie, en lançant la rural fantasy. Ce premier tome reprend l’univers habituel de l’Heroic Fantasy, mais remise la noblesse et les batailles épiques aux oubliettes pour mettre un berger aigri sur le devant de la scène. Une parodie emplie de bonnes idées qui mise sur la gouaille et l’humour potache.

Quand cinq mages se livrent une guerre sans merci à l’aide d’armées démoniaques qui ravagent les terres, il est difficile de produire un fromage convenable. Pistolin, producteur du fromage de chèvre « le Pécadou », ne cesse d’en faire les frais. Mais fier du petit bout de terroir qu’il produit, l’homme n’a jamais baissé les bras, pas même lorsque son troupeau fut décimé par une bande de trolls affamés.
Si le Pécadou est exceptionnel, c’est grâce au calme des pâturages de haute montagne, une rareté en ces temps de guerre. Le berger emmène donc son troupeau en haut d’une falaise, à l’écart de toute confrontation… Mais ce jour-là, une escouade d’aigles montés qui passait par là décide de faire un festin avec les bêtes de Pistolin. Sous une pluie de tripes et de sang, Pistolin voit que seule Myrtille a survécu à cette hécatombe. Excédé, l’homme fait alors le serment d’éliminer ces mages qui pourrissent son existence… Une bien grande tâche pour un berger comme-lui !

Les chevaliers qui pourfendent les dragons et les mages qui se livrent de gigantesques batailles c’est bien beau mais, derrière ces belles images, ce sont les petites gens qui en payent les frais. Sur ce terreau, Wilfrid Lupano a décidé de repenser l’Heroic Fantasy sur un ton rustique où ripaille et parler argotique font bon ménage. De quoi donner un coup de frais à un univers qui s’enferme parfois dans certains schémas. On suit donc le truculent berger dans sa quête au fil d’étapes alcoolisées dans les auberges et autres rencontres improbables. L’homme a d’ailleurs bien besoin d’aide tant ses connaissances en terme de magie sont limitées. Sur ce pitch réjouissant, l’album joue à fond la carte de l’humour avec un ton tout droit sorti du terroir profond. Bref, Traquemage fleure le Pecadou à plein nez… mais tout le monde n’appréciera pas forcément ce parfum si particulier.
Lupano nous a habitué à livrer des ouvrages de qualités aux répliques savoureuses et à l’atmosphère tendre,drôle et subtile. Dans Traquemage, ton rural oblige, la narrations et les répliques paraissent moins fines et plus frontales. Si cela installe bien l’atmosphère bourrue de la série, on perçoit moins la patte du scénariste. D’autre part, ce premier tome laisse un peu le lecteur sur sa faim et l’intrigue n’évolue finalement que très peu quand on aurait aimé en voir un peu plus. Avec ses nombreux clins d’œil et son ton décalé qui se joue de l’Heroic Fantasy, Traquemage demeure une lecture sympathique et assez drôle pour peu que le ton excessif ne dérange pas …
Graphiquement, l’album est en totale adéquation avec le récit. Avec son trait semi-réaliste et caricatural à souhait, Relom croque des personnages aux trognes inimitables. Plus expressifs que fins ses dessins associés à des couleurs douces installent une ambiance medievalo-rurale loin des fastes de la cours. Ce parti pris humoristique et authentique réussit manque du coup un peu de finesse.

A la 9eme bulle, Traquemage est apparu comme un album en demi-teinte, voire décevant. En grands amateurs des ouvrages de Lupano que nous sommes, nous nous attendions à un album moins brut de décoffrage et plus complice. L’ambiance rustique et le ton un peu bourru masque un peu la légèreté et la fraîcheur habituelles de Lupano. Mais avec ses très bonnes idées de départ, son ton caustique et ses dessins expressifs signés Relom Traquemage est tout de même une lecture sympathique et sans prise de tête. En espérant que le prochain tome exploite mieux les formidables idées de Traquemage et nous fasse changer d’avis !